Actualités

< Retour aux actualités

11ème Portes ouverte de la vallée des Alududes, le Journal du Samedi

Article1

Consultez le journal du Samedi 13 Octobre

 Image Journal_2

http://pierreoteiza.blogspot.fr/p/les-11eme-portes-ouvertes-de-kla-valee.html

Des bêtes, des produits et des expositions
Comme chaque jour, Urricariet s’est levé de bonne heure. À 70 ans, le bougre a encore bon pied, bon oeil ! Il s’est installé sur le bord de la route, juste devant la maison de Pierre, pour voir passer les bêtes. Il s’impatiente. 8 heures viennent tout juste de sonner, mais les clochettes ne tintabulent pas encore. Comme le temps est au beau, il entend bien monter dans sa palombière…Mais les voilà qui arrivent. “C’est le troupeau de Philippe, de la maison Detxume” annonce le grandpère. “Les plus belles de la contrée, il gagne chaque fois avec ses blondes d’Aquitaine. J’espère qu’il en sera de même cette année”. Et l’aitatxi d’ajouter : “Lui il est maigre, mais ses bêtes ne le sont point…” Ce matin, vaches, chevaux, brebis sont descendues ou sont montées pour se faire admirer, avec l’espoir de décrocher une médaille. Tout autour, on entendait des chants, on découvrait les nombreuses expositions et on dégustait les produits, tant liquides que solides, de notre vallée des Aldudes.

Un adorable comice agricole

On l'espère et on l'attend. Et l'on vient de partout. Même de l'Espagne voisine. On amène ses "chérubins", on vient les inspecter, sous toutes les coutures, comme faisaient autrefois nos maquignons
de grands‐pères... Au fil des ans, le Concours général agricole des Aldudes s'est imposé comme une importante manifestation autour de nos amies les bêtes, vaches, brebis et chevaux. Les petits cochons basques, réintroduits, depuis près d'un quart de siècle dans cette chère vallée, sont logiquement venus se rajouter. Ils ont été naturellement Alors que présentés ce matin. Mixel, éleveur de brebis, se bat pour "préserver" ses montagnes, Henri, producteur de lait, attend beaucoup de l'ouverture prochaine de la nouvelle fromagerie. Même chose pour Jean‐Claude, valorisant quant à lui le lait de vache. "Oraiko motivazionea segitzen balin bada, ikusten dut laborari etxe ainitz, menturaz orai baino guttiago bainan ainitz enpresa ttipi ekarriko dutenak oraiko animazioak. Ibarra hau Etsenplu bat da mendiko herrientzat". Des propos similaires à ceux de Beñat, agriculteur : "Je vois beaucoup de maisons vides. La vallée va être dynamique s’il y a de l’emploi". Jean‐Michel, agriculteur, espère lui aussi l'installation de jeunes,
à l'égal de Philippe. "Pour vivre dans la montagne, il faut aimer les bêtes" ! Il faudra attendre quelques jours pour connaître et saluer les lauréats dans les trois catégories.
Dans la vallée, on s'attend, cette fois encore, à voir Philippe, de la maison Detxume, épaulé aujourd'hui par sa fille Carole, monter sur la plus haute marche sur le front des bêtes à cornes...

Marché fermier ou de bien grandes friandises

Avec toute l'équipe de la filière, Pierre-Yves est venu présenter les délicieux produits issus de ces adorables petits cochons ayant enfin retrouvés leur terroir. En dépit de son âge un tant soit peu avancée, Marie-Jeanne est encore et toujours là. Venue de Banca, elle exite nos babines avec ses gâteaux basques à la crème, mais aussi à la cerise, et quelques autres friandises. Michel, le seul producteur de fromage de chèvre de la vallée, est également des nôtres. Toute la petite famille de la ferme Auzkia, a évidemment trouvé sa place. Venant du voisinage, Marie-Agnès et Jeannot sont venus, les bras chargés de miel. Dynamique en diable, Sophie, de la fromagerie Feranyio fait un petit "carton". Au bout de la table, Chantal d'Urepel, présente ses bijourx, dont plusieurs à base de dents de porcelets. Il serait dommage d'oublier les fromages de Maider, Sylvie et ses tissus ou encore nos amis de Belaun et leur sympaghiques produits aptes à régaler une cohorte de gourmands...

Alfaro : quand la pelote de cuir rebondit sur les quatre éléments

Aussi jeune qu’élégante, aussi souriante qu’avenante, aussi pétillante que dynamique, Maïka a décidé de vivre et travailler au pays. Elle avait commencé l’étude des arts appliqués, mais le bar familial, laissé à l’abandon depuis Alfaro : quand la pelote de cuir rebondit sur les quatre éléments quelques années, commençait à cruellement faire défautaux jeunes de la vallée. La demande était telle que la belle a décidé de laisser tomber une prometteuse carrière pour relancer ce bar Alfaro. “C’était le seul de la commune où les jeunes se sentaient accueillis. Je pense qu’il aide à créer du lien social entre nos trois villages”.

Un Joko Berri aux couleurs de Maika

Accolé à cet espace de convivialité, de rencontres, mais aussi de gourmandise, l’ancien mur à gauche a été, lui aussi profondément transformé. Histoire d’accueillir le Joko Berri, le nouveau jeu faisant fureur chez les pilotaris. Il a été inauguré cet après‐midi, à travers deux partis de pelote à main nue, Bernard‐Oteiza vs Barrenetche‐Idiart en lever de rideau pour les espoirs moins de 22 ans – bravo à la 1ère équipe
victorieuse de 40 à 33 ‐ et Ibarrola‐Oçafrain vs Bielle‐Harismendy, côté “grand défi”, ces derniers l’ayant emporté par 50 à 36. Bonne occasion pour admirer les dessins de notre petite diablesse, singulièrement
cette fresque représentant les 4 éléments, terre avec agriculture, vent avec chasse, eau avec pêche et feu avec danse et fête… Avant le repas et le bal du “samedi soir”, la soirée s’est prolongée dans l’église d’Urepel à l’écoute des chaudes voix de la vallée, dont celles de quatre jeunes filles, le groupe Izarrak. Un moment de frisson et d’émotion assuré !

 Rugby, les jeunes ont du toupet !

Sacré nom d'un Kintoa, nos jeunes ont du toupet ! Le menton a peine ourlé de quelques maigres poils, ils ont osé défier les anciens… Et ces diablotins ont gagné, par 6 essais à 4 ! Un match, certes amical, au touché, sans placage, mais tout ce qu’il y a de sérieux. Devant une foule enthousiaste, le grand Jean‐Pierre Élissalde a arbitré de magnifique façon. “À l’anglaise”, précise un connaisseur ! Il y avait peut être un peu moins de joueurs que ne le prévoient les règles et le terrain tirait sûrement un peu plus du labour que des pelouses de l’Eden Park, de Murrayfield, de Twickenham ou du Millenium… Reste que ce fut un joyeux et bon moment ou les rouges et les noirs s’en sont donnés à coeur joie !

Les savoir-faire, les coutumes et traditions, l'histoire, les arts ou encore la littérature s'exposent dans notre belle vallée !

Décidemment, ces gens de la vallée ont toutes les passions ! Quand les unes se passionnent pour l’émigration de nos aïeux vers les Amériques, sur les selles des bergers ou encore les sculptures qu’ils ont laissé sur le troncs de nos arbres, quand les autres s’attachent à la chasse à la palombe au col Lephe Eder ou bien sur les pentières, il y en a pour tous les goûts. D’autant que certains se sont imaginés à nous exposer leurs photos ou dessins, à nous présenter leurs livres, la faune de la vallée, les dessins ou objets façonnés par nos enfants, l’évolution de nos vies durant ces 30 dernières années, ces forges qui rougeoyaient à l'entrée de Banca,

 ces sculptures d’animaux ou encore ces mines romaines découvertes il y a peu
par deux passionnés d’archéologie, sans parler de
cette curieuse et passionnante histoire de ce pays
Quint rayonnant autrefois presque dans toute la
Navarre.
Aujourd'hui, le public s’est pressé pour admirer ces
expositions mis en place par tous ces bénévoles qui
entendent bien mettre à profit ces journées pour
faire partager leurs passions.
Il serait dommage, en même temps, de passer à
côté du village des artisans, où l’ami Dédé, toujours
aussi alerte en dépit du poids des ans, présente le
travail que l’on effectuait autrefois notamment
celui du charbonnier ou encore du maréchal
ferrand. Ces expositions sont à découvrir dans nos 3
villages pour toute la durée de ces 11ème portes

Musique : On les attendait de pied ferme, ils sont
évidemment arrivés parmi nous, et à l'heure... les
bandolets de Bigorre ont tout de suite chanté Aulhès
(les bergers) ou encore Qu'ems montagnols (nous
sommes des montagnards). Pour sa part, le groupe
Barhenne Anaik accompagné par les Makilari
d'Anhaux et Itxassou lui a joyeusement répondu...