Le porc basque

Le porc basque et sa Filière :

Appelé également porc pie noir du Pays basque, le porc basque fait partie des 6 races locales rustiques françaises répertoriées avec le porc gascon, le porc limousin, le porc corse, le porc blanc de l’ouest et le porc de Bayeux.

 

Le porc pie noir du Pays basque peuplait naguère l’ensemble du Pays basque de part et d’autre des Pyrénées, une partie du Béarn et des Hautes Pyrénées.

Frappée d’extinction et déclarée en voie de disparition en 1981 par le Ministère de l’agriculture, cette race doit sa survie à une poignée d’éleveurs accrochés à leurs exploitations de montagne et engagés dans la sauvegarde de ce patrimoine commun.

Le porc basque se distingue par sa robe bicolore, noire et blanche, tête et cul noirs ; ses longues oreilles croisées sur le groin son habitat en extérieur, en liberté, en forêt, en montagne
sa nourriture : il se nourrit principalement d’herbe et de fruits de saison comme les châtaignes, glands, faînes (de septembre aux premières neiges) et pour préserver un équilibre alimentaire, d’un complément de céréales non OGM amenées chaque jour par l’éleveur.

Les grandes étapes de son élevage sont :
 
De sa naissance à 2 mois

Sous les huttes de fougères, la truie basque nourrira 6 à 10 petits porcelets jusqu’à leur sevrage. Les porcelets pèseront alors 20 kg

de 2 mois à 14 mois

Une fois identifié, bouclé, tatoué, vacciné, le porc basque grandit en montagne en groupe de 40, sur des parcours d’herbe, de landes et de forêts. Afin de préserver les parcelles et leurs ressources, le nombre de porcs par ha ne peut dépasser 40

L’animal est tatoué sur ses 2 jambons et les 2 longes, gage de la traçabilité des produits finis.

L’anneau posé au niveau du groin permet de ne pas abîmer les parcours lors de la pâture des animaux qui se consacrent ainsi pleinement à l’entretien des parcelles montagneuses de leur zone d’élevage.

Entre 12 et 14 mois

Arrivé à l’âge adulte, le porc pèse entre 140kg et 160 kg. 

Quelques chiffres de la Filière Porc basque :

1981  Déclaration de l’espèce en voie de disparition et plan de sauvegarde par le ministère de l’agriculture en collaboration avec l’INRA : il reste 25 truies et 2 verrats en élevage en France

1988  Pierre OTEIZA découvre lors du SALON AGRICULTURE DE PARIS le porc basque

1990  Création de l’association « le porc basque en vallée des Aldudes », elle regroupe 10 éleveurs

1995  Race déclarée sauvée et première inscrite au LIGERAL, le livre généalogique des races locales de porcs. La filière compte 200 truies et 50 verrats, elle maîtrise, grâce à l’Institut Technique du Porc, la généalogie des différentes familles

2000 La Filière compte 35 éleveurs, 820 carcasses sont produites

2001  Dépôt de dossier de demande de reconnaissance en Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) auprès de l’INAO (institut national des appellations d’origine)

2006 La Filière compte 50 éleveurs, 1 900 carcasses sont transformées

2007 La Filière compte 70 éleveurs, 450 truies et 60 verrats

2009 La Filière compte 80 éleveurs, une quinzaine de transformateur fermiers et 2000 carcasses transformées

2010 La Filière décide de baptiser les produits engagés dans la démarche de reconnaissance en AOC du nom Kintoa. Une commission d’enquête de l’INAO est accueillie pour la 3ème fois aux Aldudes, elle poursuit son travail en vue de la délivrance de l’AOC.